ADS (Analyse d’un document scientifique)

Présentation

  • Il s’agit d’un extrait d’une revue scientifique.
  • Le document comporte une dizaine de pages, suivi d’une ou plusieurs annexes et parfois d’un glossaire.
  • La préparation dure 2 heures 15 minutes.
    L’exposé dure 10 minutes, il est suivi de 10 minutes de questions.
  • Le concours ne fournit ni transparent, ni feutre, uniquement du brouillon.

Conseils généraux

  • Il est très important de dégager la problématique du document et de l’énoncer.
  • Tout exposé commence par une introduction et se termine par une conclusion.
  • Il ne s’agit pas de faire un résumé où tous les éléments du document seraient présents de manière exhaustive.
  • Il faut respecter les consignes, lorsqu’elles sont données.
  • Les aspects historiques peuvent être évoqués, mais pas développés.

Pendant la préparation

  • Faire une première lecture complète, assez rapide (une demi heure), en soulignant les mots, les formules,… que l’on ne comprend pas du premier coup, sans toutefois s’y attarder.
  • De cette lecture, dégager les idées fortes du texte et en déduire sa problématique : à quelle question le document veut-il répondre ? (Plusieurs questions peuvent apparaître, il y en a nécessairement une qui est plus forte ou plus générale que toutes les autres).
  • Rédiger de manière très précise la problématique sous forme d’une question, en style direct : une phrase qui se termine par un point d’interrogation…
  • Rédiger l’introduction (quelques phrases) se terminant par l’énoncé de la problématique.
  • Rédiger la conclusion, qui est obligatoirement la réponse à la problématique. Cette réponse peut être nuancée, mais la conclusion ne doit pas être négative : le travail de recherche exposé dans le document est forcément « génial » même s’il y a encore beaucoup d’améliorations possibles…
  • Relire le document de manière détaillée : approfondir les parties en lien avec la problématique choisie (reprendre en particulier les points soulignés lors de la première lecture)  en n’ayant aucun scrupule à éliminer totalement les parties qui s’en éloignent. Encore une fois : il ne s’agit pas de faire un résumé.
  • Faire un plan (trois parties si possibles). Le mieux est sans doute de trouver des titres sous forme de questions, cela donnera de la dynamique à l’exposé. Chaque partie doit être clairement divisée en sous-parties. L’ordre des parties peut (doit ?) différer de l’ordre dans lequel elles sont abordées dans le document : il s’agit de répondre à la problématique et non pas, encore une fois, de faire un résumé.
  • Travailler au contenu de l’exposé : bien analyser les données, toujours essayer de les restituer sous forme de schémas, de diagrammes, de tableaux. Leur originalité (il ne s’agit pas de reproduire ce qui est donné dans le document, mais de l’analyser et de le synthétiser) et leur rigueur (toujours prendre en compte les incertitudes des mesures) font la valeur de l’exposé.
  • Dans la dernière heure, préparer l’exposé lui-même :
    • Rédiger proprement les notes qui serviront à l’exposé : inutile de faire des phrases, écrire la succession des points à exposer, avec des renvois précis au document, paragraphe, figure, tableau (en précisant la page et la ligne) : numéroter les renvois, avec le même numéro sur les notes et sur le documents ! Recopier des passages du document est une perte de temps.
    • Préparer les transparents (il faut venir avec ses feutres) : le premier transparent doit contenir le titre, la problématique et le plan.

      Il en faut au maximum deux ou trois autres : les transparents ne sont pas destinés à servir de « pense-bête » à celui qui expose mais de support pour une meilleure compréhension de l’auditoire grâce à des schémas, des diagrammes, des tableaux…

      Il ne faut pas reproduire tel quel un élément du document (si cet élément est nécessaire au cours de l’exposé, il suffit d’en indiquer la référence au jury) mais  l’améliorer (couleurs, superposition des informations…).

      Les transparents doivent être propres, aérés, lisibles (écrire assez gros).

  • Réfléchir à l’enchaînement des différents paragraphes : chaque partie peut se terminer par une question à laquelle répond la partie suivante.
  • Organiser ses notes.

Pendant l’exposé

  • Avoir une montre.
  • Rester face au jury.
  • Les transparents sont commentés en pointant avec un crayon l’élément concerné. Attention, on pose le transparent sur le rétroprojecteur, dans le bon sens, du premier coup : lors du commentaire, on regarde le jury et le transparent et on ne se retourne jamais vers l’écran (sauf au départ pour s’assurer de la mise au point) ; attention à ne pas s’interposer entre le rétroprojecteur et l’écran.
  • Parler fort et avec l’air convaincu du caractère « génial » du contenu du document (plus que du caractère génial de l’auteur de l’exposé…).
  • Au bout de 8 minutes, le jury signale qu’il ne reste plus que deux minutes. Éventuellement enlever un paragraphe, mais jamais la conclusion.
  • Au bout de 10 minutes, le jury demande de conclure, il faut impérativement s’arrêter et donner sa conclusion (d’où la nécessité de l’avoir rédigée) : si vous continuez, le jury vous coupera et vous ne pourrez pas faire de conclusion, ce qui donne un mauvais exposé.
  • Si l’exposé dure moins de 10 minutes, ce n’est pas grave : surtout ne pas jouer la montre et faire traîner en longueur pour atteindre juste 10 minutes, c’est insupportable pour l’auditoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

× 5 = 20